DOMUNI UNIVERSITAS

Paroles vives

Venez et voyez !

Venez et voyez ! 14 janvier 2018

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,35-42.

En ce temps-là, Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).
André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

Homélie du fr Michel Van Aerde

Finie la solitude

Je vous propose de suivre pas à pas ce récit évangélique, en nous y impliquant par un sondage.
- Avez-vous rencontré le Messie ? Si vous pensez que Non, ne faites rien. Si vous pensez que OUI, levez la main. Merci
- Comment l’apôtre Pierre a-t-il rencontré le Messie ? A-t-il été appelé directement par Jésus (qui lève la main ?) ou bien en a-t-il entendu parler par l’un de ses frères ? (qui lève la main ?)
Nous prenons conscience que nous avons dans la tête deux récits différents pour la rencontre des premiers disciples avec Jésus. La version qui nous est la plus familière est celle du bord du lac de Galilée. Jésus prend l’initiative de les appeler et ils abandonnent leurs filets.
- Ici, dans l’évangile de Jean : qui a l’initiative ? Jésus ? Non. Tout au contraire, il subit. Il est même amené à « se retourner », une image biblique qui symbolise une conversion. « Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient ». Il pressent quelque chose, on dirait qu’il est gêné. Il se retourne et il s’adresse à eux. Il ne le fait pas naturellement. Ils s’imposent à lui en quelque sorte, en lui emboitant le pas. Ne plus être seul, tenir compte d’un groupe qui l’entoure, s’encombrer de disciples, constitue un changement majeur dans la vie de Jésus. Voici qu’en les accueillant, il prend une responsabilité à leur égard. Il ne travaille plus seul, il va devoir expliquer. Progressivement, il va aussi déléguer. Il risque d’être trahi, et de bien des façons. Il traitera Pierre de Satan, « Arrière Satan ! ». On sait combien l’Eglise est infidèle au message même de Jésus.

Un message pur ?

C’est pourquoi il y a des moments où je me prends à regretter que Jésus ne soit resté seul. … avec la télévision, avec les média sociaux, avec Internet, il aurait communiquer directement. Pourquoi Jésus s’est-il embarrassé d’intermédiaires ? Il aurait pu éviter d’introduire leur médiocrité, leurs caricatures et, pire, leurs perversions.
Il s’agit donc d’une décision majeure. Accepter d’être accompagné. Et plus tard, décider de déléguer, représente un saut immense dans l’inconnu, le commencement d’une aventure sans fin, marquée par la vulnérabilité. Il ne contrôle plus. On lui fait dire bien des choses, on fait bien des choses en son nom, on en empêche aussi beaucoup.
Jésus n’a pas refoulé les disciples qui se sont présentés. Il a donc assumé leurs limites, leurs querelles, mais aussi leur générosité, la complexité de leur humanité.

Avez vous rencontré le Messie ?

Permettez-moi de vous poser une nouvelle question :
- Qui d’entre nous a déjà confié à quelqu’un : J’ai trouvé le Messie ? Ou, sous une autre forme : j’ai rencontré Jésus, j’ai fait l’expérience de Dieu, que sais-je ?
Si non, pourquoi ? Voulez-vous le garder pour vous ? Pour votre famille, pour vos enfants ? N’est-ce pas la plus grande nouvelle à communiquer ? En cette période des vœux : « J’ai trouvé le Messie, et je te souhaite de le rencontrer aussi ! ».
Serait-ce ridicule ? Impossible à communiquer ? Qu’est-ce que vous pouvez savoir de la façon dont cela sera reçu ?
Attendez-vous d’être digne, à la hauteur de ce que vous annoncez ? Vous est-il demandé d’être parfait ? Avez-vous au moins essayé ?
« André amena son frère à Jésus. » Nous pouvons amener notre frère, notre sœur, à Jésus. Le reste ne nous appartient pas, mais cette mise en relation, nous revient, elle dépend de nous.

Demeurer avec lui : une aventure

Ensuite, que se passe-t-il ? C’est encore tout à fait différent de ce que nous imaginons. Jésus pose une question. Et sa question semble toute simple, c’est une « bête » question : « que cherchez-vous ? »
Que cherchez-vous ? Le savez-vous ? Pourquoi travaillez vous ? Que cherchez vous en venant ici, dans cette église, à cette heure ci ? Oui, que cherchez-vous au plus profond ?
La réponse des premiers disciples est également toute simple. « Où demeures-tu ? » Il ne s’agit pas seulement d’avoir une adresse postale, mais d’obtenir les coordonnées de Dieu. Cette question est magnifique et nous pouvons la poser aujourd’hui ensemble : Où demeures-tu ? comment rester avec toi ? vivre avec toi ? en ta présence ?
Jésus ne répond pas de manière théorique mais par un appel à l’expérience, une expérience à faire, une expérience personnelle, que rien ne peut remplacer. « Venez et voyez ». Jésus répond par un verbe de mouvement. Venez. Il faut bouger. Il faut migrer… Venez, c’est une aventure à partager. Et il faut ouvrir l’œil, voir ce que l’on ne voyait pas, et ouvrir son intelligence. Il y a quelque chose à découvrir.
 



« Le plus récent Le plus ancien »