DOMUNI UNIVERSITAS

Paroles vives

Scandales

Scandales 9 mars 2019

Suite aux scandales qui ont secoué l’Eglise ces jours-ci que peut-on dire ? Que peut-on expliquer ? Face au mal, il n’y a rien à comprendre. Il peut fasciner, il ne peut pas s’expliquer. On ne peut qu’être contre, et lutter. Que dire après Auschwitz ? Que dire après des viols de sœurs, et des viols d’enfants ? Ecouter les victimes, qualifier ce qu’elles ont subi, libérer la parole, soutenir. Dénoncer les prédateurs, et punir les coupables. Mais l’abominable reste ce qu’il a été, ce qu’il est. Il n’est pas pour autant effacé. Et il est absurde, inhumain, insupportable, inadmissible. C’est bien le scandale, au sens profond du mot. Un trou noir que l’on ne peut éclairer.

« Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise » disait Jean Monnet. Peut-être l’Eglise acceptera-t-elle quelques changements dans son organisation très masculine et cléricale. Il est difficile d’évoluer quand on a une surface internationale et un passé si déterminé. Quelle est l’institution qui pourrait survivre à de tels coups, à une telle faillite intérieure ? Il faudra légiférer, changer ce qui doit être changé. Le droit est l’âme des peuples. Il est ce qui anime les sociétés, les organise, les régule, les oriente. Mais le droit ne suffit pas. Même si la justice avait les moyens dont elle a besoin, le droit à lui seul n’assure pas le salut. Il intervient le plus souvent après coup, trop tard.

En ce temps de préparation pascale, nous nous demandons ce qui va se passer, et par où nous devrons passer. Tout ne dépend pas de nous, mais rien ne peut se faire sans que nous n’y participions, d’une manière ou d’une autre, à notre niveau. La foi chrétienne ne repose pas sur la Loi mais sur l’Esprit. C’est lui qui peut nous dynamiser, nous renouveler, nous transfigurer.



Le plus ancien »