DOMUNI UNIVERSITAS

Paroles vives

Noël

Noël 23 décembre 2019

Homélie de Noël

fr Michel Van Aerde op

Discrétion

Si vous êtes là ce soir, c’est que vous êtes dans la confidence, vous connaissez le grand secret, vous avez reçu ce cadeau très personnalisé qui s’appelle la foi. OUI ! Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de Jésus-Christ a décidé cette nuit de se moquer des rois de la terre, des gouvernants prétentieux et de tous les faux dieux terrorisants. Il a décidé de se jouer des grands pouvoirs, de se libérer de tous ces oripeaux dont le surmoi des hommes l’avait chargé : omnipotence, omniscience, autosuffisance, ubiquité, insensibilité, et j’en oublie. Il échappe aux caricatures de la toute puissance abusive, pour se montrer sous son grand jour, tel qu’il est, sous son côté humain, plus qu’humain, en venant naître au coeur... d’un monde encore inhumain.

Gloire à Dieu et paix sur terre aux hommes de bonne volonté ! En cette nuit très spéciale, il y a quelque chose d’invraisemblable qui commence. Il se produit, comme l’ont chanté tous les contemplatifs un grand chamboulement, “admirabile commercium”, un admirable échange : les rôles sont inversés.

Ce sont les bergers, c’est à dire les pauvres, les terreux, les vagabonds qui sont les premiers informés. Le très haut ? Dans une grotte ! Le très grand ? Un tout petit. Le plus sage, comme un bébé. L’inconcevable enfin conçu, entre papa et maman, entre le boeuf et l’âne, puisque les hommes n’ont pas de  place chez eux, le voici chez les animaux, tout simplement.

Rétrospective

Gloire à Dieu et paix sur terre aux hommes de bonne volonté ! 21 siècles nous séparent de l’événement mais ils nous rapprochent de sa réalité. 21 siècles ne suffisent pas encore pour que nous comprenions vraiment. 21 siècles de méditation, de questionnement. 21 siècles à mesurer les conséquences d’un fait absolument nouveau. Nous nous en approchons avec plus de conscience que jamais et pourtant tout nous échappe encore, ou presque. Il faut écouter, il faut regarder, il faut se convertir, il faut changer son regard, changer son coeur, changer son cerveau car tout est chamboulé. Les valeurs sont inversées. Les rôles sont inversés.

Le grand jeu

En cette nuit merveilleuse, Dieu s’amuse parmi les enfants des hommes.  Il vient jouer un tour incroyable à l’humanité. Elle ne s’en remettra jamais. Le voici désarmé, sans rien, tout nu et silencieux; le voici incognito. Il doit grandir. Il doit apprendre, à parler, à marcher, à tomber, à se redresser… Il doit apprendre à obéir, à transgresser, à être libre, à choisir… Il doit apprendre même à aimer, c’est à dire à se donner, c’est à dire à mourir... pour devenir enfin le premier-né… d’entre les morts !

Gloire à Dieu et paix sur terre, aux hommes de bonne volonté ! Comprenne qui pourra. Noël, c’est le coup d’envoi d’un jeu immense, magnifique mais risqué, un jeu de cache-cahe, un jeu de qui-perd-gagne, un jeu de qui-partage-s’enrichit, un jeu dangereux, où Dieu s’élance comme un fou, la tête la première et à tombeau ouvert.

A nous de jouer

Nous ne pouvons pas rester simplement spectateurs. Il nous convoque, il a besoin de nous, ne serait-ce que pour boire, pour manger, pour être propre, pour s’habiller, pour se chauffer, pour se sentir aimé. C’est ainsi maintenant : les rôles sont inversés ! Il a lâché les rênes, cédé le volant, perdu l’initiative, c’est à nous de jouer. Il a renoncé à tout diriger car il veut découvrir ce qui se passe quand nous pilotons l’univers, quand nous devenons responsables de la vie, de son développement, de sa propreté, de son avenir, quand nous devenons aussi responsables de lui ! Les rôles sont inversés, il ne peut plus nous oublier, il dépend trop de nous.

Gloire à Dieu et paix sur terre Alleluia !

Vous qui êtes là ce soir, vous le savez, vous le sentez. Emmanuel, pour toujours : Dieu est avec nous. Et, le savoir, nous donne une foi à renverser les montagnes, nous rend capables de tout.

Gloire à Dieu et paix sur terre, aux hommes de bonne volonté !



« Le plus récent Le plus ancien »